Bébés volés : le scandale qui fait pâlir l’Angleterre

New born baby hand

Des milliers d’ENFANTS VOLES aux Anglais chaque année par les autorités britanniques sous couvert d’un « risque potentiel »… Voilà un nouveau SCANDALE qui glace le sang…

Un reportage édifiant sur France 5 « Les Enfants Volés d’Angleterre », des articles publiés sur Le Monde, 20 minutes… Les médias s’affolent et on comprend pourquoi.

Fuir, s’échapper, quitter le territoire : voilà sans doute le dernier recours de nombreux parents anglais pour garder leur enfant. La menace ? Les services sociaux britanniques qui jugent, le plus souvent sans fondement, avec de simples soupçons, de l’incapacité de certaines mamans à s’occuper de leurs bébés. La roulette russe.

La protection de l’enfant. Voilà la grande idée de l’Angleterre portée dès 1989 par une Margaret Thatcher prête à mener de front une longue bataille, que l’on salue au premier abord. Le Children Act, c’est une loi qui introduit la notion nébuleuse et subjective de « probabilité de faire du mal » à l’enfant comme le souligne l’article publié par 20 Minutes.Mais quand on creuse, quand on ose lever le voile sur un non-dit qui fait froid dans le dos, tout bascule. Même nos idéaux les plus ancrés.

Et tout cela découle sur des faits divers tragiques, des familles déchirées et des destins volés.

20 Minutes revient sur l’histoire de Colin et Claire, ce couple somme toute sans histoire. Seulement, Claire est épileptique. Et les deux futurs parents sont pauvres. Deux raisons qui ont suffit aux services sociaux de s’acharner sur eux et de leur retirer leur enfant seulement trois jours après sa naissance. Malgré une enquête qui a prouvé leur capacité à être de bons parents, trop tard, l’enfant ne leur sera pas rendu.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. D’autres parents se voient confrontés à ce rapt organisé et légal chaque jour, ils seraient des milliers chaque année… Des mamans qui reçoivent, pendant leur grossesse, un courrier les prévenant qu’elles se feront retirer leur enfant dès la naissance. Cruel. Horrible. Inhumain.

Oui, de nos jours en Angleterre, aucune preuve de maltraitance n’est nécessaire, seul le soupçon suffit… Facile et terrifiant…

Un histoire d’argent…

Et oui, encore et encore ce satané pognon qui vient briser des vies. Même celles de nos bébés. Parce que si cette histoire semble folle, elle en devient carrément écœurante lorsque l’on découvre la réalité. Il faut faire du chiffre, remplir des quotas d’enfants proposer à l’adoption, les dépasser même. Pourquoi ? Pour obtenir davantage de subventions de l’Etat. Si les quotas ne sont pas remplis ? Diminution des primes. Et bim, les travailleurs sociaux sont sous pression et redoublent de pseudo conscience professionnelle pour créer des problèmes là où il n’y en a pas.

Le pire dans tout ça…

La loi en Angleterre est ainsi faite qu’il est impossible de faire machine arrière. Si des parents auxquels on retire un enfant prouvent par A + B qu’ils sont tout à fait capables d’élever leur bébé, du moment que le bambin est entré dans les rouages du système, il n’en sortira pas. Il se fera adopté et ce sera la fin…

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Une loi imposant la contraception aux mauvais parents ?

40 dollars à payer pour un bisou donné à son bébé !!!

Elle offre son lait maternel alors qu’elle vit un terrible drame

2 réflexions sur “Bébés volés : le scandale qui fait pâlir l’Angleterre

  1. Travaillant dans le le milieu medical en angleterre, je connais tous les points de contrôles effectuer avant de retirer un enfant a sa famille. Le dernier décisionnaire reste le médecin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s