Pourquoi j’ai tant aimé être enceinte…

imgp4754

La GROSSESSE, c’est un peu comme une boîte de chocolats. On ne sait jamais vraiment sur quoi on va tomber. Mon chocolat à moi a été CROQUANT, doux et sucré. Un BONBON dont je me délectais. Mais pourquoi ?

Je m’empiffrais toute la journée… Sans culpabiliser ! Mon truc à moi? Les Kinder Maxi et le Coca-Cola. Il me fallait ma dose, chaque jour, 13 barres et 1,5 litres. En manque ? Je devenais une boule de nerfs hystérique et incontrôlable. Heureusement pour Papa Chatouille, on habitait alors une grande ville et mes envies soudaines nocturnes ne posaient pas trop de problèmes…

Je me trouvais belle… Enfin la plupart du temps. J’ai eu quelques coups de mou quand je voyais mon corps changer, des vergetures blanchâtres apparaître, mes cheveux tomber sur l’oreiller (oui, j’ai pas eu de chance de ce côté là, ma chevelure de lionne a ramassé…) Mais le reflet du miroir me plaisait, j’avais appris à apprivoiser mes nouvelles courbes plutôt très généreuses.

IL me trouvait belle… Je le voyais, dans ses yeux. Il me regardait comme la créature la plus merveilleuse au monde. Même avec mes vieux joggings et ma mine défraîchie, mes chevilles-Knacki et mes fesses de semi-remorques, à ses yeux, j’étais la plus belle. Ou alors, il joue très bien la comédie le bougre…

J’avais une libido d’enfer… Parfois même un peu trop oppressante. Pour moi, comme pour Monsieur. Mais là, c’est une toute autre histoire…

J’étais le centre du monde… Et j’avoue, j’adorais ! Les attentions en veux-tu en-voilà tout au long de la journée, les regards cajoleurs, les petits mots tendres, les caprices qu’on me passait bien volontiers. Bon, une fois le polichinelle sorti du tiroir, tout a bien changé…

J’achetais tout et n’importe quoi… Surtout n’importe quoi d’ailleurs. Mon fils n’était même pas né qu’il avait déjà une bonne vingtaine de mini paires de chaussures à lui enfiler. Au final, il n’en aura même pas porté une seule. La grossesse a exacerbé mon petit côté tout mignon d’acheteuse compulsif. Ah… C’était le bon temps !

Je faisais la baleine échouée… Mon canapé ? Mon nouveau meilleur ami. Le pauvre… Je lui en ai fait voir de toutes les couleurs. Notre relation était devenue fusionnelle, quasi charnelle. Que c’était bon de se vautrer dessus, un bon bouquin à la main ! Et oui, à ce moment là, j’avais encore un peu de temps pour moi…

Je portais la vie… Bah oui quoi, c’est bien ça le plus chouette dans toute cette histoire. Sentir son enfant grandir en soi, c’est sans aucun doute la plus belle chose qui m’ait été donné de vivre. Au début, des petites bulles. Puis au fil du temps, des petits coups de pieds tendres (ou pas!) qui venaient sans cesse me rappeler (surtout la nuit…), que mon loulou était là, au plus près de moi.

Bien sûr, il y a tout un tas de choses que je n’ai pas aimé. Mais alors pas aimé du tout ! Mais je suis d’humeur plutôt joyeuse aujourd’hui, alors on verra un peu plus tard pour vous dévoiler la face cachée et beaucoup moins glamour de ma grossesse…

3 réflexions sur “Pourquoi j’ai tant aimé être enceinte…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s